Accueil > Toute l'actualité > La douleur, d'après l'œuvre de Marguerite Duras, le 24 janvier 2018 au cinéma !

La douleur, d'après l'œuvre de Marguerite Duras, le 24 janvier 2018 au cinéma !

> Toute l'actualité
Le film «La douleur» d'Emmanuel Finkiel, d'après l'œuvre de Marguerite Duras, sort dans les salles le 24 janvier 2018. Découvrez un extrait du film, notre projet d'accompagnement pédagogique et, si vous résidez en région parisienne, inscrivez-vous vite à l'avant-première du 17 décembre 2017, qui sera suivie d'un débat avec le réalisateur !

Au sommaire : Le film et l'avant-première à Paris - Les éditions du livre et l'accompagnement pédagogique

Le film La douleur, d'Emmanuel Finkiel, et l'avant-première à Paris

 

Un film d'Emmanuel Finkiel

Juin 1944, la France est toujours sous l’Occupation allemande. L’écrivain Robert Antelme, figure majeure de la Résistance, est arrêté et déporté. Sa jeune épouse Marguerite, écrivain et résistante, est tiraillée par l'angoisse de ne pas avoir de ses nouvelles et sa liaison secrète avec son camarade Dyonis. Elle rencontre un agent français de la Gestapo, Rabier, et, prête à tout pour retrouver son mari, se met à l’épreuve d’une relation ambiguë avec cet homme trouble, seul à pouvoir l’aider. La fin de la guerre et le retour des camps annoncent à Marguerite le début d’une insoutenable attente, une agonie lente et silencieuse au milieu du chaos de la Libération de Paris.

Avec Mélanie Thierry, Benoît Magimel, Benjamin Biolay, Shulamit Adar, Grégoire Leprince-Ringuet, Emmanuel Bourdieu.
Durée du film : 2h06.

Au cinéma le 24 janvier 2018.

Voir un extrait du film

Une avant-première aura lieu le 17 décembre à 11h au cinéma Le Balzac, 1 rue Balzac, 75008 Paris. La projection sera suivie d'un débat avec le réalisateur.
Pour s'inscrire, merci d'écrire à : distribution@filmsdulosange.fr

Les éditions de La douleur, de Marguerite Duras, et l'accompagnement pédagogique

 

Dans la collection Folio

«J'ai retrouvé ce journal dans deux cahiers des armoires bleues de Neauphle-le-Château.
Je n'ai aucun souvenir de l'avoir écrit.
Je sais que je l'ai fait, que c'est moi qui l'ai écrit, je reconnais mon écriture et le détail de ce que je raconte, je revois l'endroit, la gare d'Orsay, les trajets, mais je ne me vois pas écrivant ce Journal. Quand l'aurais-je écrit, en quelle année, à quelles heures du jour, dans quelles maisons ? Je ne sais plus rien. [...]
Comment ai-je pu écrire cette chose que je ne sais pas encore nommer et qui m'épouvante quand je la relis. Comment ai-je pu de même abandonner ce texte pendant des années dans cette maison de campagne régulièrement inondée en hiver.
La douleur est une des choses les plus importantes de ma vie. Le mot «écrit» ne conviendrait pas. Je me suis trouvée devant des pages régulièrement pleines d'une petite écriture extraordinairement régulière et calme. Je me suis trouvée devant un désordre phénoménal de la pensée et du sentiment auquel je n'ai pas osé toucher et au regard de quoi la littérature m'a fait honte.»
Marguerite Duras.

En savoir plus

     

 

Dans la collection Folioplus classiques

Le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'œuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :

• Mouvement littéraire : Écrire après les camps
• Genre et registre : Entre autobiographie et fiction
• L'écrivain à sa table de travail : La tapisserie de Pénélope : écrire, recommencer
• Groupement de textes : Enfances dans la guerre
• Chronologie : Marguerite Duras et son temps
• Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture

En savoir plus

Une séquence pour les classes de seconde (enseignement d'exploration «Littérature et société») et de première (objet d'étude «La question de l'Homme dans les genres de l'argumentation du 16e siècle à nos jours») sera disponible mi-décembre pour étudier le livre et le film.