Accueil > Espace auteurs > Interviews > Martine Reid

Martine Reid

Martine Reid

A l'occasion de la parution de cinq nouveaux titres, l'éditrice Martine Reid a répondu à toutes vos questions sur les œuvres de la série « Femmes de lettres » (collection Folio 2€) prescrites ou recommandées au collège et au lycée. Découvrez toutes ses réponses en vidéo !



Voir les réponses de Martine Reid

Biographie

Diplômée de l’université de Yale aux Etats-Unis où elle a enseigné plusieurs années, Martine Reid est professeur de littérature française à l’université de Lille-III et spécialiste de littérature du XIXe siècle. Elle est l’auteur de nombreux articles et de plusieurs livres, dont le dernier est consacré à George Sand (Signer Sand. L’œuvre et le nom, Belin, 2003). Elle a réédité une vingtaine de textes classiques au Livre de Poche, chez Actes Sud (Babel) et chez Gallimard (Quarto et Folio). Son dernier ouvrage, Des Femmes en littérature (Belin), sur la place des femmes en tant qu'auteurs du XVIIIe au début du XXe siècle, paraîtra fin mai.

A paraître le 30 avril 2010 dans la série « Femmes de lettres »

 

Mémoires - 1569-1577 (extraits), de Marguerite de Valois (titre en relation avec le programme de 3e)

« Lors allant trouver la reine sa mère, [Charles IX] envoya quérir Monsieur de Guise et tous les autres princes et capitaines catholiques, où fut pris résolution de faire, la nuit même, le massacre de la Saint-Barthelémy.
Les huguenots me tenaient suspecte parce que j’étais catholique, et les catholiques parce que j’avais épousé le roi de Navarre, qui était huguenot. De sorte que personne ne m’en disait rien. »

Marguerite de Valois (1553-1615) est la première épouse d’Henri de Navarre, roi de France sous le nom d’Henri IV. Publiés en 1628, ses Mémoires constituent un témoignage exceptionnel sur la cour de Catherine de Médicis et les guerres de religion. Alexandre Dumas s’en est inspiré pour son roman historique, La Reine Margot.

     

 

La Belle et la Bête, de Mme de Villeneuve (titre en relation avec le programme de 6e)

« Le monstre se fit entendre. Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu’elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d’un pas ferme, et d’un air modeste salua fort respectueusement la Bête. Cette démarche plut au monstre et, se retournant vers la Belle, il lui dit : “ Bonsoir, la Belle”.»

Gabrielle-Suzanne de Villeneuve (1685-1755) est l’auteur de l’un des contes de fées les plus célèbres de la littérature française. Venue tardivement à la littérature, elle est également l'auteur de plusieurs autres contes et romans, parmi lesquels La Jardinière de Vincennes qui connut un grand succès.

     

 

Enfance, de Mme Roland (titre en relation avec le programme de 3e)

« Vive sans être bruyante, et naturellement recueillie, je ne demandais qu’à m’occuper, et je saisissais avec promptitude les idées qui m’étaient présentées. Cette disposition fut mise tellement à profit, que je ne me suis jamais souvenue d’avoir appris à lire ; j’ai ouï dire que c’était chose faite à quatre ans, et que la peine de m’enseigner s’était pour ainsi dire terminée à cette époque. »

Madame Roland, née Manon Phlipon (1754-1793), fut arrêtée comme Girondine le 1er juin 1793, condamnée à mort et guillotinée le 8 novembre. Elle passa ses mois de captivité à rédiger d’admirables Mémoires dont on trouvera ici les premiers chapitres. L’époque romantique devait voir en elle l’une de grandes figures féminines de la Révolution.

     

 

Ourson, de la comtesse de Ségur (titre en relation avec le programme de 6e)

« Trois mois après l’apparition du crapaud et la sinistre prédiction de la fée Rageuse, Agnella mit au jour un garçon, qu’elle nomma Ourson, selon les ordres de la fée Drôlette. Ni elle ni Passerose ne purent voir s’il était beau ou laid, car il était si velu, si couvert de longs poils bruns, qu’on ne lui voyait que les yeux et la bouche ; encore ne les voyait-on que lorsqu’il les ouvrait. »

Née à Saint-Pétersbourg, Sophie Rostopchine (1799-1874), devenue comtesse de Ségur, doit sa renommée exceptionnelle à la production de près d’une trentaine d’ouvrages, contes et romans. Les Petites Filles modèles, Les Malheurs de Sophie, Mémoires d’un âne, Un bon petit diable et bien d’autres ont été lus par des millions d’enfants et de jeunes adolescents dans le monde.

     

 

Sainte-Unefois, de Louise de Vilmorin (titre en relation avec le programme de seconde)

« Milrid, en cet instant, la comprit mieux qu’elle-même : il faillit la prendre dans ses bras. Il l’aurait embrassée s’il avait pu croire qu’ils en mourraient tous les deux. Seule la certitude qu’ils continueraient à vivre l’empêcha de le faire ; il était déjà résolu à ne pas la perdre. »

Figure du Tout-Paris, amie de Cocteau, d’Orson Welles, Ophuls et compagne d’André Malraux à la fin de sa vie, Louise de Vilmorin (1902-1969) est l’auteur d’une quinzaine de romans, de recueils de poèmes et d’une immense correspondance. Sainte-Unefois est son premier roman.

     

Autres titres liés aux programmes scolaires

6e

La Princesse Belle étoile et le Prince Chéri, de Mme d'Aulnoy (titre recommandé par l'Éducation nationale).

3e

Promenade dans Londres, de Flora Tristan
Premières années, de Marie d'Agoult
La Dame à la louve, de Renée Vivien

Seconde

Pauline, de George Sand
Trois nouvelles, de Mme de Staël
Amours nomades, d'Isabelle Eberhardt
Les amants d'Avignon, d'Elsa Triolet
La femme indépendante, de Simone de Beauvoir

Première

Premières années, de Marie d'Agoult

> Toute la série Femmes de lettres.