Accueil > Ouvrages > Gallimard Jeunesse > Fétiche > L'Hôte
Gallimard Jeunesse Date de parution : 13/11/2009 Code SODIS : A62870 ISBN : 9782070628704 230 x 310 mm
Couverture L'Hôte (,Jacques Ferrandez)
Prix : 15.5 € 64 pages
L'Hôte

D'après la nouvelle d'Albert Camus tirée de L'Exil et le Royaume

De : Albert Camus , Jacques Ferrandez
Fétiche
Genre littéraire : Bandes dessinées Thèmes : Algérie - Guerre - Bande dessinée Titre recommandé pour le programme de Quatrième, Troisième

Daru, jeune instituteur français né en Algérie, vit dans son école, au cœur des hauts plateaux. Un jour d'hiver, le gendarme Balducci lui confie un prisonnier en lui donnant l'ordre de le convoyer jusqu'à la ville voisine pour le livrer à la justice. Daru a beau refuser la mission, le gendarme s'en va et laisse là le prisonnier.

Après dix bandes dessinées sur l'Algérie coloniale, Jacques Ferrandez adapte une nouvelle poignante et philosophique d'Albert Camus.

«"L'Hôte" est une courte nouvelle d'Albert Camus extraite de "L'Exil et le Royaume". J'ai découvert ce texte il y a une vingtaine d'années, au moment où je commençais ma grande saga des "Carnets d'Orient", et il a immédiatement résonné en moi comme un élément central dans l'œuvre de Camus à propos de la question algérienne. C'est peut-être le seul texte de fiction où Camus fait allusion à la guerre d'Algérie. Il a entrepris son écriture en 1951 et l'a probablement remanié avant sa parution en 1957. Entre-temps, il y avait eu l'insurrection de novembre 1954 et la démarche infructueuse de Camus en faveur de la paix, avec son appel à la trêve civile à Alger en janvier 1956. La nouvelle met en scène trois personnages : Daru, l'instituteur, symbole de l'instruction, de la connaissance, de "l'œuvre civilisatrice de la France". Balducci, le gendarme représentant l'autorité et le pouvoir colonial. Et le prisonnier arabe, figure métaphorique des populations colonisées, tantôt soumises, tantôt rebelles.
Le jeu qui va se jouer entre ces trois personnages, reflète la pensée de Camus, lui-même déchiré pendant la guerre d'Algérie et aux prises avec une situation inextricable. On trouve, au-delà de la solitude de Daru et du cas de conscience qui se pose à lui, toute la problématique camusienne sur le choix, l'engagement, la morale, la justice. Cela faisait vingt ans que j'avais envie de l'adapter en bande dessinée» (Jacques Ferrandez).