Accueil > Ouvrages > Gallimard > Bibliothèque de la Pléiade > Tristan et Yseut
Gallimard Date de parution : 23/11/1995 Code SODIS : A11335 ISBN : 9782070113354 105 x 170 mm
Couverture Tristan et Yseut (,Collectif(s) Collectif(s),Heinrich de Freiberg, Gottfried de Strasbourg, Marie de France,Eilhart d' Oberg,Frère Robert, Thomas,Ulrich de Türheim)
Prix : 70 € 1792 pages
Tristan et Yseut
Tristan et Yseut
Les premières versions européennes

Ce volume contient d'autres épisodes et fragments traduits de différentes langues européennes

De : Collectif
Traduit (ancien français) par Régis Boyer, Danielle Buschinger, André Crépin, Mireille Demaules, Christiane Marchello-Nizia, René Pérennec, Daniel Poirion, Jacqueline Risset, Ian Short, Wolfgang Spiewok, Hana Voisine-Jechova
Bibliothèque de la Pléiade - N° 422
Genre littéraire : Romans et récits

Des textes français qui rapportent, en vers, cette légende, qu'avons-nous conservé ? Le roman de Béroul, dont manquent le début et la fin ; celui de Thomas, réduit à des fragments ; le Lai du Chèvrefeuille de Marie de France, 118 vers ; et deux récits anonymes, la Folie Tristan d'Oxford et celle de Berne. Le reste ? perdu, sans doute à jamais, malgré la découverte récente d'un fragment (ici révélé) du poème de Thomas. Étrange fortune que celle de ces œuvres dont le succès fut immense, mais qui ne subsistent qu'à travers des épaves somptueuses, comme si les textes s'étaient dissous dans le mythe qu'ils firent naître. À qui donc devons-nous de si bien connaître cette histoire ? À Eilhart d'Oberg, poète allemand du XII<sup>e</sup> siècle, auteur d'un Tristrant proche du récit de Béroul ; à Gottfried de Strasbourg (XIII<sup>e</sup> siècle), adaptateur de Thomas ; à Ulrich de Freiberg et Heinrich de Türheim, continuateurs de Gottfried ; à frère Robert, un Norvégien, qui donna en 1226 une Saga de Tristan ; et à l'auteur du Sire Tristrem composé en anglais vers 1300. Leurs ouvrages, mieux conservés que les textes français, les accompagnent ici, avec d'autres fragments tristaniens - allemands, italiens, tchèques, scandinaves, français. Tous différents, ils disent tous l'essentiel : la passion et la mort de deux êtres qui s'aimaient au point de ne pouvoir supporter la séparation.