Accueil > Sixième > Séquences > Sindbâd de la mer

Séquences

Sindbâd de la mer, Anonymes

Le recueil des Mille et Une nuits, rassemblé et traduit par le grand érudit arabisant Antoine Galland entre 1704 et 1717, est universellement connu. Pour la première fois, la nouvelle traduction de Jamel Eddine Bencheikh (2005) est mise à la disposition des publics scolaires. C’est à ce jour la traduction la plus proche des manuscrits arabes qui ont fixé au XIIIe siècle, par écrit, des contes de tradition orale. Elle fait donc revivre au plus près la civilisation arabo-musulmane « classique » et se prête particulièrement bien à un traitement pédagogique.

En lettres, les aventures de Sindbâd sont une transition entre le conte et le récit de voyages. Ce texte présente à la fois les caractéristiques du conte et reprend des épisodes des aventures d’Ulysse. La plongée dans le monde oriental permet la description et laisse l’imaginaire recréer l’univers, permettant alors de s’interroger sur la manière de décrire ce qui est inconnu. En histoire, « le programme de cinquième [rentrée 2010] s’ouvre par la découverte de la naissance de l’islam (fait religieux) et de l’Islam médiéval (civilisation) ». L’intérêt pédagogique de ce texte, souvent connu des élèves, est donc de le mettre en relation, sur ces deux plans, avec les connaissances acquises dans les cours d’histoire.

Nombre de pages de la fiche : 6

Erratum : Deux erreurs malencontreuses se sont glissées P. 136 du Carnet de lecture. Il faut lire, dans la 1ère phrase : " Pour captiver ses lecteurs, le conte utilise un principe extrêmement ingénieux : le roi Shahriar, trompé par son épouse..."

Fiche pédagogique sur Sindbâd de la mer
  • Télécharger la fiche sur Sindbâd de la mer (PDF)
  • Bibliographie